Pratiques Individuelles

Accordéon Henrichemont
Accordéon Diatonique

L'accordéon diatonique est un instrument de musique à clavier, utilisant des anches libres, excitées par un vent variable fourni par le souflet actionné par le musicien. Il désigne les différentes variantes d'accordéon bi-sonore organisées selon une ou plusieurs gammes diatoniques (à la différence de l'accordéon chromatique), même s'il existe des accordéons diatoniques qui ne sont pas bi-sonores comme l'accordéon diatonique russe (garmoshka).

Si certains modèles d'accordéon possèdent toutes les notes de la gamme chromatique (comme certains modèles continentaux à trois rangées ou les accordéons irlandais), ils conservents une organisation par gammes diatoniques.

On utilise principalement l'accordéon diatonique dans les musiques traditionnelles ou populaires. Bien de d'origine européenne, l'accordéon diatonique est présent dans beaucoup de traditions à travers le monde.

Comme beaucoup d'instruments modernes, l'accordéon est né du foisonnement d'inventions du début du XIXème siècle. Le principe de l'anche libre, découvert et utilisé avant notre ère en Chine (sheng) et au Laos (Khên), a été rénové et employé dans un grand nombre d'instruments tels l'harmonium ou l'harmonica qui existent toujours à notre époque.

Batterie Henrichemont
Batterie

La batterie a vu le jour au début du XXème siècle. Les principaux élèments qui la composent (grosse caisse, caisse claire et cymbales) existaient déjà au sein des orchestres classiques et des fanfares militaires. Leur regroupement en batterie est directement liée avec la naissance du jazz, ainsi qu'aux différentes évolutions technologiques du XXème siècle. 

Avec l'évolution du style de La Nouvelle-Orléans, la batterie, qui n'était que l'assemblage d'une grosse caisse, d'une caisse claire et d'une cymbale, s'est beaucoup complexifiée au fil du temps, connaissant son véritable développement, surtout à l'age d'or du jazz, la période bop et hard-bop (1945-1969) grâce à des batteurs comme : Roy Haynes, Elvin Jones, Max Roach, Kenny Clarke, Louis Hayes ou Art Blakey. Lié à cet enrichissement de ce qu'on appelle "le set" (composition de l'instrument propre à chaque batteur, en fonction d'une époque et d'un style), on peut noter également que, depuis la création de la batterie, les batteurs n'ont jamais cessé d'étendre les possibilités techniques de cet instrument selon leur domaine musical, par exemple indienne (Trilok Gurtu), afro-cubaine (Alex Acuna), Africaine (Mokhtar Samba)...
En France, il existe également de forte personnalité qui représentent cet instrument : André Ceccarelli, Jean Philippe Fanfant, Manu Katché, Franck Aghulon, etc.

Chant Henrichemont
Chant

Chanter n'est pas seulement se servir de sa voix et de son corps, mais aussi interpréter, faire partager au public les émotions contenues dans le texte chanté : c'est en cela qu'en fonction des genres musicaux sollicités, le chant rejoint fréquemment l'art de la scène.

En musique classique, la voix est souvent utilisée comme un instrument de musique à part entière. Depuis plusieurs siècles, le chant classique a inspiré de nombreux compositeurs qui lui ont dédié divers genres musicaux : chansons polyphoniques, messes, motets, chorals, cantates, opéra, oratorios, mélodies, etc.

Dans la musique traditionnelle, le chant sert de support à un court texte plus ou moins poétique pour former une chanson.

Dans le chant jazz, la voix peut être utilisée comme un instrument pour chanter des paroles à la manière de solos instrumentaux (vocalese), utiliser des onomatopées à la place de paroles (scat), ou même imiter le son d'un instrument.

Le chant résulte de l'action du souffle : l'air est expulsé des poumons par l'action du diaphragme, comme pour une expiration normale, et fait vibrer les cordes vocales. Le son ainsi produit est ensuite amplifié par les cavités naturelles, et éventuellement articulé par la langue et les lèvres pour former des syllabes un peu comme lorsque l'on parle.

Flûte à bec Henrichemont

Flûte traversière Henrichemont

Flûte à bec Henrichemont

1/2
Flûte à Bec ou Traversière

La flûte à bec est un instrument à vent de la famille des bois. Comme nombre d'autres instruments, cette flûte se décline en plusieurs tailles. Une histoire longue et variée a légué à la flûte à bec un répertoire abondant. Très utilisé dans la musique savante profane et religieuse depuis le xve siècle au moins (il ne subsiste rien de la musique populaire), cet instrument connut une éclipse relative au xixe siècle et jouit d'un regain de popularité dès les premières années du xxe siècle, notamment par l'action d'un de ses plus fervents défenseurs, le musicien et musicologue franco-anglais Arnold Dolmetsch.

La flûte traversière est un instrument à vent de la famille des bois, elle partage, avec les instruments de la famille des flûtes, la méthode de production du son, elle doit son nom à la façon dont on la tient. 

L'instrumentiste émet un filet d'air qu'il dirige sur le biseau du trou de l'embouchure. La mise en vibration de la colonne d'air contenue dans le tuyau de la flûte produit le son. La fréquence de ces vibrations, et donc la hauteur de la note émise, dépend de la longueur acoustique de tuyau mise en vibration. Cette longueur peut être modifiée par la combinaison d'ouverture et de fermeture des trous (les doigtés). Le flûtiste produit alors les notes du registre grave de l'instrument. Pour jouer dans les registres médium et aigu, le musicien modifie l'angle d'attaque et la pression de l'air sur l'embouchure

Guitare Henrichemont
Guitare

La guitare est un instrument à cordes pincées. Les cordessont disposées parallèlement à la table d'harmonie et au manche, généralement coupé de frettes, sur lesquelles on appuie les cordes, d'une main, pour produire des notes différentes. L'autre main pince les cordes, soit avec les ongles et le bout des doigts, soit avec un plectre (ou médiator).

On fabrique plusieurs types de guitare pouvant différer par leur ambitus et leur timbre tout en partageant la plupart de leur techniques de jeu. Le corps creux de la guitare, généralement appelé caisse de résonnance, transforme la vibration des cordes en ondes sonores. Le coffre est le plus souvent en bois mais peut aussi se fabriquer en métal ou encore d'une carapace et, plus récemment de matériau compositematière plastique-fibre de carbone.

La musique classique européenne a fourni un répertoire pour guitare ; celle-ci est aussi un instrument caractéristique du flamenco où elle accompagne le chant et la danse. Le choro brésilien, la musique mariachi au Mexique l'intègrent dans les ensembles.

Sa popularité, déjà établie aux siècles derniers, s'est accentué avec la diffusion internationale des musiques américaines au XXème siècle.

violin-1136986_1920
violin-1136986_1920

violin-1136986_1920
violin-1136986_1920

1/1
Violon

Le violon est un instrument de musique à cordes frottées. Constitué de 71 élèments de bois (érable, buis, ébène, etc.) collés ou assemblés les uns aux autres, il possède quatre cordes accordées à la quinte, que l'instrumentiste, appellé violonistre, frotte avec un archet ou pince avec l'index ou le pouce (enpizzicato). Dans les formations de musique classique telles de le quatuor à cordes ou l'orchestre symphonique, le violon est l'instrument le plus petit et de tessiture la plus aiguë parmi sa famille ; celle-ci inclut l'alto, le violoncelle et la contrebasse.

Sa création remonte au XVIème siècle. Très vite popularisé, il occupe une place importante de la musique classique occidentale : de grands compositeurs ont écrit pour cet instruments (concertos, musique de chambre, pièce symphoniques, etc.) voire en jouaient eux-même (Vivaldi, Bach, Mozart, etc.), et certains violonistes du XIXème siècle ont acquis une grande renommée, notamment Paganini.

Piano Henrichemont
Piano

Le piano est un instrument de musique polyphonique à clavier de la famille des instruments à cordes frappées. Le nom de l'instrument provient d'une abréviation de piano-forte, nom de son ancêtre du XVIIIème siècle décrit par son inventeur comme un "gravecembalo col piano e forte", un clavecin avec la possibilité de  nuancer en intensité le son directement par la frappe des touches, ce qui jusque-là était pratiquement impossible avec les autres instruments à clavier et ainsi de jouer aussi bien piano (volume sonore faible) que forte (volume sonore fort).

Le son musical du piano est produit par la viration de ses cordes tendues devant une table d'harmonie, à laquelle elles transmettent leurs vibrations par l'intermédiaire d'un chevalet.

Elles sont frappées par des marteaux couvert de feutre, actionnés par l'enfoncement des touches du clavier. La vibration des cordes est arrêtée par un étouffoir en feutre (mais plus mou) lorsque la touche du clavier est entièrement relâchée.